L'analyse dynamique de l'équilibre financier

L’analyse dynamique de l’équilibre financier

L’analyse statique de l’équilibre financier permet d’évaluer le déséquilibre à un moment donné. Elle ne peut par conséquent, expliquer son évolution dans le temps. L’analyste financier se trouve ainsi, limiter par la représentation figée de la réalité qu’en donnent les documents comptables.

L’information comptable fournie par le bilan ne donne qu’un état des ressources et des emplois à un moment donné mais les mouvements qui accompagnent le passage d’un exercice comptable à l’autre restent hors champ explicatif de l’analyste financier.

Cette limite est dépassée par une analyse dynamique reposent sur les flux enregistrés par l’entreprise sur une période donnée. Cette analyse est effectuée par l’élaboration du tableau de financement qui est un document de synthèse obligatoire au même titre que le bilan ou le CPC selon le plan comptable général de 1994.

Définition et construction du tableau de financement :

  1. Définition :

Le tableau de financement est « un tableau des emplois et ressources qui explique les variations de patrimoine de l’entreprise au cours de la période de référence » autrement dit, il est un document de synthèse qui décrit les flux intervenus au cours d’un exercice, c’est-à-dire les ressources dont l’entreprise a disposé et les emplois auxquels elle a procédé.

L’objet du tableau de financement est d’apporter un éclairage sur le circuit de financement et de distribution de l’entreprise. Il explicite la dynamique du circuit de financement.

L’analyse du tableau de financement permet de porter un jugement sur la situation de l’équilibre financier de l’entreprise en se basant sur la variation des différents flux qui y ont contribué.

L’analyse du tableau de financement occupe une place importante dans l’appréciation de la situation d’équilibre financier.

        2. Construction du tableau de financement

Empois en non valeurs = variation du montant net des immobilisations en non valeurs + dotation de l’exercice aux amortissements (INV) − reprise de l’exercice sur amortissement (INV)

Variation du BFG et TN : leur montant est identique à celui déjà mentionné dans la synthèse des masses du bilan.

La variation du BFG est la somme algébrique des variations en augmentation ou en diminution des différents postes de l’actif et du passif circulant (hors trésorerie)

Les flux de ressources :

Autofinancement(n) = CAF(n) − dividendes distribués au cours de l’exercice(n)

Ces dividendes sont effectivement payés au cours de l’exercice (n) mais correspondant aux dividendes résultant de la décision d’affectation du résultat de l’exercice (n−1)

Cessions d’immobilisations : ne seront pris en considération dans le tableau de financement que les cessions ayant donnée lieu effectivement à un flux financier d’encaissement pour leur montant du prix de vente y compris les éventuelles plus value et moins value sur cessions.

Augmentation du capital : enregistre les capitaux apportés en numéraire ou en nature pour la partie souscrite, appelée et libérée. La mise en réserve et l’incorporation des écarts et réévaluation ne constituent pas des flux financiers et résultent des virements de compte à compte, et ne doivent donc pas être pris en compte dans le tableau de financement.

Subvention d’investissement (SI): variation du montant net des SI + reprise des subventions inscrites au CPC

Augmentation des dettes de financement = variation du montant net des dettes de financement + montant à moins d’un an des dettes de financement de l’exercice précédent.

CAF = résultat net + dotation de l’ex (autres que celles relatives aux actif et passif circulant de trésorerie) − reprise sur amortissement et sur provision (autres que celles relatives aux actifs et passif circulants et à la trésorerie) + valeurs nettes d’amortissements des immobilisations cédées − produits de cession d’immobilisation

La CAF est in indicateur potentiel de la capacité de l’entreprise à générer des flux par sa propre activité; elle ne prend pas en compte les décalages financiers et les variations de stocks.

La CAF est un flux de fonds et non un flux de trésorerie

  • L’analyse de la politique des investissements à travers l’importance et la valeur des emplois
  • La politique de financement et son évolution : l’étude du degré d’autonomie financière

L’investissement est-il financé par des ressources propres (CAF ou augmentation du capital) ou par des emprunts ?

On pourra calculer les ratios suivants :

∆ (Ressources propres (RP)  +  Dettes de Financement (DF))/investissement

∆ (RP + DF)/capital immobilisé avec capital immobilisé = investissement + ∆ BFR

∆ RP / INVESTISSEMENT ou ∆ RP/ CAPITAL IMMOBILISE

Vous pouvez aussi consulter :

Ayoub Matioui

Economiste de formation et professeur d'économie ; avec l'aide de mon équipe, nous aidons les étudiants et élèves en difficulté concernant la compréhension des cours entretenus en classes. Aussi, nous mettons en place une stratégie d'orientation pour les étudiants souhaitant développer leurs connaissances acquises et voulant se projeter dans le monde de la communication et de l'information.

Voir tous les articles de Ayoub Matioui →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *