L’apprentissage d’une nouvelle langue

L’apprentissage d’une nouvelle langue

On est tous d’accord sur le fait que l’apprentissage d’une nouvelle langue présente un réel enjeu et un vrai challenge qui peut se transformer à un effet psychique avantageux qui donne des bénéfiques surtout au niveau du développement personnel et la conscience personnelle, mais cette fois la science intervienne dans cette équations par deux études important.

L’apprentissage de quelque chose par exemple une nouvelle langue peut nos rendre plus réactifs. C’est ce qui vient confirmer deux nouvelles études, séparer mais dans un axe de temps presser. Une nouvelle étude publiée dans le journal of Neurolinguistics par des chercheurs de l’université de Pennsylvanie. “Apprendre et pratiquer quelque chose, par exemple une deuxième langue renforce le cerveau, comment Ping Li, professeur de psychologie et de linguistique et co-auteur de l’étude. Comme l’exercice physique, plus on utilise une zone spécifique de son cerveau, plus elle se développe et se renforce.”

L’étude à commencer par la participation de 39 anglophones de naissance. Pendant six semaines, ces participants ont reçu des leçons leur inculquant des rudiments de chinois. Les évolutions neuronales de chacun d’entre eux ont été suivies à l’aide d’examens IRM réalisés systématiquement avant et après les cours de chinois.

L’étude montre ainsi que les étudiants les plus performants du groupe affichaient des réseaux cérébraux plus connectés que les personnes en difficulté d’apprentissage. Une fois tous les cours terminés, les meilleurs élèves montraient des changements fonctionnels, rendant leurs réseaux cérébraux encore mieux intégrés.

Une autre étude apparue, indique que le fait d’apprendre une nouvelle langue est très bénéfique pour le cerveau, surtout au niveau de développement des capacités cognitives. Selon la revue scientifique «Annals of Naurlogy» Les adultes qui apprennent une langue étrangère ont un esprit plus vif et sont plus réactifs. Et a noter aussi Les personnes qui parlent deux langues on plus ont en effet d’avantage de facultés cognitives à l’âge 70 ans, qu’il s’agisse de l’intelligence générale ou de la facilité à lire !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *